Plan Climat Métropolitain

MARS 2019 - CHANGEMENT DES MODES DE VIE : UN CHANGEMENT DE PARADIGME ?

Aujourd’hui la lutte contre le changement climatique s’est principalement orientée sur des actions curatives. Les modes de vie actuels produisent des externalités négatives que les systèmes urbains s’emploient à prendre en charge et tentent d’en diminuer les effets. Ainsi, les territoires se mobilisent pour améliorer la gestion des déchets produits et rendre plus performants les circuits de recyclage. Il en va de même concernant les énergies, la ressource en eau ou l’alimentation : des actions sont à mener pour lutter contre le gaspillage, pour limiter les pertes dans les réseaux de distribution et dans les habitations.

La volonté de faire évoluer les modes de vie revient à s’intéresser à des actions préventives, en amont de l’acte de consommation. Cela constitue un changement d’approche radicalement différent. Ainsi, plutôt que de penser la gestion des déchets, l’objectif est d’empêcher ou de retarder au maximum leur production. Ce changement dans les mentalités, quoique nouveau concernant la consommation, est déjà à l’oeuvre sur la thématique des déplacements : les pouvoirs publics ne se contentent ainsi plus uniquement de gérer les nuisances liées à la circulation automobiles mais pensent et proposent des alternatives, d’autres modes de déplacement. Pour réduire les besoins de déplacements, en plus de réorganiser l’emploi sur le territoire, en plus de l’adaptation souhaitable des territoires, il faut donc s’interroger sur les choix de mode de vie et leurs possibilités d’évolution.

S’intéresser aux modes de consommation revient donc à s’interroger sur d’autres modes de faire et sur les moyens d’y parvenir, de faire adhérer et accepter aux changements.

Télécharger la contribution du Conseil de développement

janvier 2011 : Contribution à la démarche grand public du plan climat local de Grenoble-Alpes Métropole

"La démarche grand public du plan climat local de la Métro interroge plusieurs notions complexes : celles de l'engagement et de la responsabilité de chacun face à un risque climatique qui impactera la vie de tous, celle d'une communication destinée à toucher le maximum d'individus sans transmettre un message alarmiste, celle de mobiliser dans la durée un réseau d'acteurs sans l'essouffler..."

Télécharger et lire la contribution du C2D